Nouvelles de l'AFPC

Subscribe to flux Nouvelles de l'AFPC
Mis à jour : il y a 23 min 40 sec

Membres civiles du GRC: Partagez vos pensées!

il y a 12 heures 6 min

Nous avons produit un sondage en ligne anonyme pour les membres civils appariés des classifications PA, TC, EB et SV.

Le sondage a été conçu pour vous donner l’occasion de nous faire savoir ce que vous souhaitez que nous soulevions lors de la prochaine ronde de négociations collectives entre l’AFPC et votre employeur (le Conseil du Trésor). Nous vous demandons de nous fournir ces renseignements maintenant, car les préparatifs en vue de la négociation vont être amorcés avant la date de détermination d’avril 2018.

En plus de recueillir vos points de vue, la dernière section du sondage vous permet de participer à une séance de formation préliminaire pour membres civils (MC) – donc les coûts sont couverts par votre syndicat – et représentants du Syndicat des employé‑e-s du Solliciteur général (SESG) en vue de la détermination.

La formation aura deux thèmes, l’accueil des nouveaux MC et le survol de la négociation collective. La formation aura lieu les 9 et 10 janvier, à Ottawa.

Nous invitons un MC de chaque région (Atlantique, Québec, Capitale nationale, Ontario, Prairies (Alberta, T.N.-O. et NU), Prairies (MB, SK) et Pacifique). Nous communiquerons avec les MC de votre région pour élire leurs représentants pour cette formation initiale s’il y a plus d’un volontaire de chaque région.

Bien que le sondage soit anonyme, vous pouvez choisir d’inscrire votre nom pour le tirage d’un iPad si vous répondez au sondage.

Veuillez partager le sondage avec vos collègues et encouragez-les à faire parvenir leurs coordonnées (courriels personnels s’il vous plaît) à CM-INFO-MC@psac-afpc.com.

Nous apprécions grandement votre opinion et vous remercions de prendre le temps de répondre au sondage.

Lien vers le sondage : https://fr.research.net/r/MembrescivilsdelaGRC

Le sondage sera disponible jusqu'au 4 décembre, 2016.

Au plaisir de vous lire prochainement!

L’équipe du SESG et de l’AFPC

Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

RCMP Civilian Members: Have your say!

il y a 12 heures 26 min

We have created a 15-minute anonymous online survey for RCMP Civilian Members who are pay-matched in the PA, TC, EB and SV classifications.

The survey will give you the opportunity to let us know what you would like to see brought forward in the next round of PSAC’s collective bargaining with your employer (Treasury Board). We are asking for this information now because preparations for bargaining will begin prior to the April, 2018 deeming date.  

In addition to gathering your valuable opinions, the final section of the survey gives you the opportunity to participate in a preliminary training session – with costs covered by your union – for Civilian Members (CMs) and Union of Solicitor General Employees (USGE) representatives in preparation for deeming.

Themes of the training will be twofold – welcoming the new CMs and an overview of collective bargaining. The training will take place on the 9th and 10th of January in Ottawa.

We are inviting the participation of one CM from each of the regions (Atlantic, Quebec, National Capital Region, Ontario, Prairies (Alberta, NWT & NU), Prairies (MB, SK) and Pacific). We will reach out to CMs in your region to elect their representative for this initial training if there is more than one volunteer from each region.

While the survey is anonymous, you can choose to enter your name into a draw for an iPad if you complete the entire survey.

Please share the survey with your colleagues and encourage them to send their contact information (personal emails please) to CM-INFO-MC@psac-afpc.com.

We deeply appreciate your opinion and thank you for taking the time to complete the survey.

Link to the survey: https://www.research.net/r/CMBargainingSurvey

The survey will be available until December 4th, 2017.

We look forward to hearing from you soon!

From the team at USGE and PSAC

Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Le rapport du vérificateur général sur Phénix fait écho aux propos de l'AFPC

mer, 11/22/2017 - 09:23

Le rapport accablant du vérificateur général sur le système de paye Phénix fait écho aux propos que tient l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) depuis plus de deux ans.

« L’AFPC a averti le gouvernement à chaque étape qu’il y avait de graves problèmes et qu’il devrait les résoudre avant d’aller de l’avant. Nous l’avons avisé qu’il était insensé de mettre à pied tous ces conseillers et conseillères en rémunération, déclare Robyn Benson, présidente de l’AFPC. « Le gouvernement a fait la sourde oreille et nos membres ont souffert de son irresponsabilité. »

Le rapport automnal du vérificateur général déposé le 21 novembre examinait la façon dont Services publics et Approvisionnement Canada a tenté de régler les problèmes de paye afin que les fonctionnaires soient payés correctement.

Le rapport précise qu’il faudra des années pour arranger Phénix et qu’il en coûtera beaucoup plus que les 540 millions de dollars prévus par le gouvernement. Le vérificateur général a ajouté qu’avec la mise à pied des conseillères et conseillers en rémunération, il est devenu encore plus difficile de résoudre les problèmes avec le nouveau système.

L’AFPC s’inquiète du fait que le nombre réel de demandes d’intervention pour régler des problèmes de paye a été caché de tout le monde. Le nombre de cas continue de grimper et se situait à près de 500 000 à la fin de la période du rapport.

L’AFPC s’attend à ce que le gouvernement donne immédiatement suite aux recommandations du vérificateur général en embauchant d’autres conseillers en rémunération et en affectant plus de ressources pour régler les problèmes causés par Phénix.

« Nous voulons que le gouvernement paye nos membres et c’est à lui de s’arranger pour que ça se produise, déclare Robyn Benson. Nous ferons tout notre possible pour que nos membres soient payés correctement et à temps, mais en bout de ligne, cette responsabilité revient au gouvernement. »

Sujets: 

Auditor General’s report on Phoenix echoes PSAC's concerns

mer, 11/22/2017 - 09:20

The Auditor General’s damning report on the Phoenix pay system echoes much of what the Public Service Alliance of Canada has been saying for more than two years.

“PSAC told the government at every step that the problems were substantial and they needed to slow down until the problems were fixed. We told them the decision to layoff the compensation advisors was unconscionable,” said Robyn Benson, PSAC National President. “The government didn’t listen and our members have suffered as a result of this irresponsibility.”

The Fall Report of the Auditor General of Canada was released November 21, 2017 and examined the way Public Service and Procurement Canada worked to address the pay problems and to ensure federal public service workers were paid correctly.

The report highlighted that it will take years to fix Phoenix and cost far more than the $540 million already committed by the government. The Auditor General also said that the decision to layoff the compensation advisors made it even more difficult to fix problems once the rollout began. 

PSAC is concerned the true number of outstanding pay requests was hidden from everyone. The Auditor General noted that the number of requests continues to grow and reached almost 500,000 cases by the end of the reporting period.

PSAC expects the government to act immediately to fulfill the recommendations of the Auditor General’s report by hiring additional compensation advisors and investing additional resources to resolve Phoenix pay problems.

“We want the government to pay our members, and it is up to them to figure out how,” said Benson. “We will do everything in our power to get our members paid accurately and on time, but the ultimate responsibility rests with this government.”

Sujets: 

L’AFPC soumet le différend sur l’équité salariale à une tierce partie

lun, 11/20/2017 - 16:18

Au cours de l’été dernier, l’AFPC a été informée que le calcul du règlement sur l’équité salariale effectué par les Opérations des enquêtes statistiques ne tenait pas compte des congés payés, du taux des heures supplémentaires, de la pleine indemnisation des jours fériés et d’autres types d’indemnité.

Du fait qu’ils jugeaient que les paiements reçus comportaient des erreurs, de nombreux membres ont fait appel. L’AFPC a par la suite entamé des discussions avec l’employeur dans le but de résoudre ce différend. Malheureusement, les parties n’ont pas réussi à s’entendre. Rappelons que le règlement sur l’équité salariale touche de 20 000 à 25 000 membres, actuels et anciens, qui ont travaillé aux OES entre 1985 et 2013.  

Alors que le règlement sur l’équité salariale visait à remédier au taux de rémunération discriminatoire versé depuis trop longtemps au personnel à majorité féminine, l’employeur n’est toujours pas disposé à lui verser le salaire auquel il a droit, selon l'AFPC. L’AFPC tient à rassurer ses membres des OES, tant actuels qu’anciens, qu’elle demeure engager à défendre ce dossier. C’est pourquoi elle soumettra le différend à une tierce partie indépendante pour obtenir une décision finale et exécutoire. Depuis trop longtemps nos membres espèrent mettre fin à cette discrimination salariale et obtenir la rémunération à laquelle ils ont droit. 

Soulignons qu’entre-temps, Statistique Canada continue de recueillir de l’information et de traiter les versements. Aussitôt qu’une décision sera rendue, nous en informerons les personnes concernées.

Sujets: Éditeur: 

PSAC taking pay equity dispute with SSO to an independent third party

lun, 11/20/2017 - 16:16

This summer PSAC became aware that Statistical Survey Operations’s (SSO) pay equity settlement calculations failed to include paid leaves, overtimes rates, full compensation for designated paid holidays and other forms of compensation. 

After numerous members filed appeals stating that they believed there was an error in the calculations of their payments, PSAC and SSO began discussions to resolve this dispute.  Unfortunately, these discussions have not been able to resolve the pay equity dispute affecting between 20,000 and 25,000 current and former members who worked for SSO between 1985 and 2013. 

While the purpose of the pay equity settlement was to remedy a long-standing discriminatory wage rate, SSO is unwilling to pay their female dominated workforce what PSAC feels they are entitled to in the settlement. Rest assured, PSAC will continue to fight for pay equity and is committed to standing up for members and former members.  As a result, PSAC will be taking this dispute to an independent third party for a final and binding decision.   Our members and former members have waited long enough for their discriminatory wage rate to be adjusted and deserve to be appropriately compensated.

In the meantime, Statistics Canada will continue to gather information and process payments. Once a decision has been reached, we will communicate the outcome to all those affected.

Sujets: Éditeur: 

Les municipalités s’insurgent contre la vente des aéroports

lun, 11/20/2017 - 10:44

Ottawa – 20 novembre 2017

De plus en plus de municipalités se joignent au mouvement d’opposition à la vente des aéroports canadiens. En effet, les villes de Vancouver, Victoria et Richmond (C.-B.) ont pris position, à l’instar du maire de Calgary, qui a contesté le plan en public. Le conseil municipal de la Ville de Toronto discute de la possibilité d’adopter une motion à cet effet. 

« Malgré l’opposition montante des municipalités, des aéroports et du public, le gouvernement libéral continue à payer pour une étude de faisabilité sur la privatisation des aéroports, affirme Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. Rentabiliser les aéroports, c’est bien beau, mais les prix augmenteront et les municipalités n’auront peut-être plus droit de regard sur la gestion des aéroports. »

Les aéroports d’Ottawa et de Vancouver ont déjà sonné l’alerte et les compagnies aériennes s’inquiètent d’une éventuelle augmentation des coûts.

À l’heure actuelle, des représentants des milieux municipal, provincial et fédéral participent à la gouvernance des aéroports, car ces derniers sont essentiels à de nombreuses collectivités du pays. Les villes ne veulent pas que ces infrastructures tombent dans les mains d’intérêts privés, ce qui mènerait inexorablement à une gestion moins transparente et moins responsable à l’égard des communautés desservies.

Il est fort possible que la privatisation des aéroports canadiens coûte cher aux voyageurs, comme c’est le cas en Australie. En effet, après la vente des aéroports de ce pays, les frais imposés aux passagers ont doublé.

« Si le gouvernement vend nos aéroports à des investisseurs cupides, ce sont les Canadiens qui en feront les frais », ajoute Dave Clark, président national de l’Union canadienne des employés des transports (UCET), un Élément de l’AFPC.

L’AFPC représente plus de 180 000 membres partout au Canada, dont plus de 2 000 dans les aéroports qui sont affiliés à l’UCET.

Renseignements :

www.syndicatafpc.ca/privatisation   

Entrevues :

Jonathan Choquette, Communications, AFPC, 613-560-4317, choquej@psac-afpc.com

 

Sujets: Éditeur: 

Municipal opposition mounting against airport selloffs

lun, 11/20/2017 - 10:42

Ottawa – November 20, 2017

Municipalities are starting to add their voices to the growing opposition to the idea of selling Canada’s airports. Opposition to the move has already been voiced by the cities of Vancouver, Victoria, and Richmond, BC, while Calgary’s mayor has publicly spoken out against the plan. Toronto City Council is considering a motion to oppose the plan as well.  

“Despite rising opposition from municipalities, airports, and the public, the Liberal government continues to pay private consultants to look into the possibility of selling Canada’s airports,” said Robyn Benson, PSAC National President. “Profitizing airports would only raise prices and municipalities could lose their voice in how their airports operate.”

The Ottawa International Airport Authority and the Vancouver International Airport have already voiced their opposition. Airlines have also reacted negatively to the idea, raising concerns that it could increase the cost of air travel.

Airport authorities currently incorporate municipal, provincial, and federal representation as they are considered critical infrastructure to communities across Canada. Cities are speaking out against for-profit ownership, as airport operation will become less transparent and accountable to the communities they service.

Travelers will also likely pay more if Canada’s not-for-profit airport entities are sold to private corporations. As an example, when Australia sold off its airports, passenger fees doubled.

“If airports are sold to investors who need more and more profits, Canadians will pay the price,” said Dave Clark, National President of the Union of Canadian Transportation Employees, a component of PSAC.

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) represents over 180,000 workers across Canada, including over 2,000 workers at airports affiliated with the Union of Canadian Transportation Employees (UCTE).

For more information:

www.psacunion.ca/privatization  

For interviews:

Allison Pilon, PSAC Communications, 613-883-0272, pilona@psac-afpc.com   

Jonathan Choquette, PSAC Communications, 613-560-4317, choquej@psac-afpc.com

Sujets: Éditeur: 

L’ASFC tente de nous imposer des concessions et notre réponse est non

ven, 11/17/2017 - 19:50

La semaine prochaine, l’équipe de négo de l’AFPC-SDI pour le groupe FB participera à la dernière audience du processus lié à la Commission de l’intérêt public (CIP) de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral (CRTESPF).

À la table et à l’audience de la CIP la semaine dernière, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s’est entêtée à nous faire accepter des concessions. En voici quelques exemples:

  • L’ASFC veut aussi assujettir le congé non payé pour soins à la famille aux nécessités du service et augmenter la durée de la période minimum de 3 à 12 semaines.
  • En vertu de notre contrat de travail, la direction doit annoncer les changements de quart au moins sept jours d’avance, sans quoi l’employé est payé temps et demi pour son premier quart du nouvel horaire. L’employeur veut réduire la période d’avis de 7 jours à 48 heures.
  • L’ASFC veut pouvoir, à sa discrétion, transférer l’autorité de négocier l’aménagement des AHPV du niveau local à la direction nationale à Ottawa.
  • L’ASFC a aussi proposé de contourner la Directive sur les voyages du Conseil national mixte, empêchant ainsi certains employés d’être admissibles à des indemnités supplémentaires lorsqu’ils sont mutés « temporairement » à un autre port.

La réponse de notre syndicat et de notre équipe de négo est sans équivoque : les concessions, c’est non. Le but des négos est d’améliorer notre contrat de travail, pas de faire marche arrière. L’AFPC a défendu nos congés de maladie avec succès. Notre équipe a la ferme intention de défendre tous nos autres acquis contractuels.

Dès que nous aurons des nouvelles, nous vous tiendrons au courant. Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec la présidence de votre succursale.

Sujets: 

CBSA continues to push for concessions: Union says no

ven, 11/17/2017 - 19:44

Next week, our PSAC/CIU bargaining team for the FB group will participate in the final hearing date of the Public Interest Commission (PIC) process at the Federal Public Sector Labour Relations Employment Board (FPSLREB).

In negotiations and in our PIC hearing last week, the Canada Border Services Agency (CBSA) continued to push for concessions.  

Some of these include:

  • CBSA wants to make Leave Without Pay for Care of the Family “subject to operational requirements”. Also CBSA is proposing to increase the minimum leave period from 3 to 12 weeks.
  • Our contract states that management must provide 7 days’ notice of shift change, otherwise the employee receives time and a half for the first shift worked. CBSA is looking to reduce the notice from 7 days to 48 hours.
  • CBSA wants the prerogative to take VSSA bargaining away from local decision-making and give CBSA National (in Ottawa) the ability to take control of VSSA negotiations.
  • CBSA has made proposals to bypass the National Joint Council Travel Directive so that some employees would not receive additional compensation when “temporarily” assigned to a port other than their home port.

Our union and our bargaining team have made it clear that we are not interested in concessions. Our position with CBSA and Treasury Board is that we are looking for improvements, not steps backwards. PSAC has successfully defended our sick leave. Our team has every intention of defending our other hard-fought contract rights.

We’ll be sure to provide updates as things progress. If you have questions be sure to follow up with your CIU Branch President.

Sujets: 

Le point sur les négos Réunion syndicale sur l’état des pourparlers

ven, 11/17/2017 - 08:57
Venez serrer la main des membres de l’équipe de négo du SEPC et d’autres représentants

Ils vous renseigneront sur l’offre globale de l’employeur et sur les vrais enjeux.

Quand : mercredi 22 novembre, 15 h 30 et 17 h 00

Où : Centre RA, salle Clark
2451, promenade Riverside

Si vous n'êtes pas en mesure de participer en personne ou viviez à l’extérieur de la RCN, veuillez-vous joindre à nous par webinaire en Français vous connectant à :  http://video.isilive.ca/psac/2017-11-22/francais.html

Note: Chaque séance d’information durera environ 30 minutes et sera suivie d’une courte période de questions.

Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec un représentant du syndicat.  

 

Sujets: Éditeur: 

Bargaining update: Union meeting to discuss status of negotiations

ven, 11/17/2017 - 08:52
Meet UPCE bargaining team members and representatives

Information regarding the employer’s global offer and what is really at stake will be provided.

When: Wednesday November 22,  at 3:30 & 5:00 pm 

Where: RA Centre – Clark Hall
2451 Riverside Drive

IF you are unable to attend or live outside of the NCR, please join us by webinar in English by logging into: http://video.isilive.ca/psac/2017-11-22/english.html

Please note: each session will be approximately 30 minutes in duration followed by a short question period.

If you have any questions or concerns, please contact a union representative. 

 

Sujets: Éditeur: 

Différend avec l’ARC sur les salaires : la date d’audience est fixée

jeu, 11/16/2017 - 14:11

En mai, notre équipe de négociation de l’AFPC-SEI et l’Agence du revenu du Canada (ARC) ont discuté des augmentations salariales pour 2014 et 2015, conformément à la convention collective signée l’an dernier. Puisque nous n’avons pas réussi à nous entendre, nous sommes passés au recours à l’arbitrage, comme le prévoient le contrat de travail et la loi.

Cet été, nous nous sommes réunis avec l’employeur pour déterminer les modalités d’arbitrage, après quoi la Commission des relations de travail de l’emploi dans le secteur public fédéral a choisi un arbitre pour nous, conformément à notre entente.  

Le 15 novembre dernier, la Commission nous a avisés qu’elle entendrait les parties le 31 janvier 2018. Entretemps, si l’ARC obtient un mandat de négociation, nous retournerons à la table. Autrement, nous présenterons nos arguments devant le panel d’arbitrage à la date prévue.

Parallèlement, les préparatifs avancent en vue de la négociation de notre prochaine convention collective. Le Comité de négociation collective du SEI passe en revue les revendications que les membres de partout au pays ont remises à leur section locale cette année. L’équipe de négo sera en place avant la fin de l’année en cours.

Dès qu’il y aura du nouveau, nous vous en ferons part. Si vous avez des questions, communiquez avec le président ou la présidente de votre section locale.

Sujets: 

Arbitration date set for our wage dispute with CRA

jeu, 11/16/2017 - 14:09

In May, our PSAC/UTE bargaining team met with the Canada Revenue Agency (CRA) to discuss wage increases for 2014 and 2015, consistent with our collective agreement signed last year. Because we were unable to reach an agreement over the two days, we therefore proceeded to next step under our contract and the law – to discuss and agree upon an arbitration process.

During the summer, the parties met and agreed upon an arbitration process, following which the Public Service Labour Relations and Employment Board (PSLREB) selected an arbitrator for our wage dispute, consistent with our agreement. 

On November 15th, we received notice from the PSLREB that a hearing date has been set for our dispute – January 31st, 2018. Should the CRA receive a mandate to resume negotiations with us, we will be prepared to set dates and return to the bargaining table. Otherwise we will be making our case before the arbitration panel on January 31st.

In the meantime, preparations continue for the negotiation of our next collective agreement. The UTE collective bargaining committee is reviewing the membership demands submitted by locals across the country earlier this year. A negotiating team will be established before the new year for the upcoming round.

We will continue to update as things progress. Should you have any questions, please contact your UTE Local President.

Sujets: 

Toujours pas de protection pour les lanceurs d’alerte fédéraux

mer, 11/15/2017 - 10:39

La réponse du gouvernement libéral aux recommandations visant à renforcer la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles est totalement inadéquate.

En février dernier, le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires a publié un rapport très critique sur la Loi dans sa forme actuelle. Il proposait une série de recommandations afin de l’améliorer.

La réponse du gouvernement se trouve dans une lettre signée par Scott Brison, président du Conseil du Trésor. Tout en convenant qu’il faut améliorer la Loi, M. Brison n’a promis que des modifications administratives. Il n’y aura donc pas de réforme majeure du régime de divulgation et de protection des dénonciateurs.

« Les libéraux ratent une occasion extraordinaire de rendre le gouvernement fédéral plus transparent, plus responsable, a déploré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. À moins que le gouvernement n’apporte des changements majeurs à la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles, les fonctionnaires n’oseront pas tirer la sonnette d’alarme. »

Le commissaire à l’intégrité du secteur public est déçu lui aussi que le gouvernement n’ait proposé aucune modification législative.

« Notre syndicat continuera d’exiger que le gouvernement change la Loi afin qu’elle protège mieux les lanceurs d’alerte contre les représailles », a ajouté Mme Benson.

Dans son mémoire présenté au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires en mars dernier, l’AFPC a enjoint au gouvernement :

  • d’étendre l’application de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles à tous les secteurs d’opérations gouvernementales, y compris les contrats avec le secteur privé;
  • de faire en sorte que le processus d’enquête du commissaire à l’intégrité soit plus transparent et ouvert aux enquêtes liées aux demandes d’accès l’information;
  • de s’assurer que le Commissariat à l’intégrité du secteur public possède les ressources nécessaires pour venir en aide aux victimes de mesures de représailles et pour sensibiliser les fonctionnaires au sujet de leurs droits et les gestionnaires au sujet de leurs obligations en vertu de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles.

 

Sujets: Éditeur: 

Federal whistleblowers remain at risk

mer, 11/15/2017 - 10:32

The Liberal government’s response to recommendations to strengthen the Public Servants Disclosure Protection Act is completely inadequate.

Earlier this year, the House of Commons Government Operations and Estimates Committee produced a report that was critical of the current law and made recommendations to improve the Act.

The government’s response was contained in a letter from Treasury Board President Scott Brison. While agreeing that improvements are needed, Brison has only committed to making administrative changes instead of overhauling the law to actually protect federal whistleblowers.

“The Liberals are missing a real opportunity to make the federal government more transparent and accountable,” said Robyn Benson, PSAC National President. “Unless there are significant changes made to the Public Servants Disclosure Protection Act, federal workers will remain reluctant to come forward with allegations of misconduct and wrongdoing.”

The Public Sector Integrity Commissioner also expressed disappointment that the government’s response contained no legislative changes.

“Our union will continue to press for the changes needed in the law to protect our members and all federal workers against reprisals if they disclose wrongdoing,” said Benson.

PSAC appeared before the Government Operations and Estimates Committee in March. Among its recommendations, the union called on the government to

  • expand the application of the Act to include all areas of government operations, including contracts with the private sector
  • make the Integrity Commissioner’s investigative process more transparent and open up the investigations to Access to Information requests
  • ensure the Office of the Integrity Commissioner is well resourced in order to assist victims of retaliation and to fulfill a mandate to education public service workers about their rights and managers about their responsibilities under the Disclosure Act
Sujets: Éditeur: 

Le 21 novembre, la négo reprend entre l’AFPC et Parcs Canada

mar, 11/14/2017 - 16:19

Notre équipe de négociation sera de retour à la table avec l’employeur du 21 au 24 novembre, à Ottawa. Son objectif : obtenir une bonne convention collective pour les quelque 4 000 fonctionnaires travaillant à l’Agence Parcs Canada partout au pays.

À notre dernière rencontre :
  • L’employeur a refusé de nous accorder les protections, les avantages et les possibilités que d’autres fonctionnaires fédéraux ont obtenus. Pourtant, lorsque Parcs Canada est devenu une agence, on nous avait promis que les travailleuses et travailleurs ne seraient pas pénalisés.
  • Même si notre équipe de négociation veut conclure une entente de principe le plus rapidement possible, elle a toutefois refusé l’offre de l’employeur parce qu’elle ne répondait pas à vos attentes.

Nous vous tiendrons au courant des discussions avec l’employeur.

Soyez informés et participez :
  • Inscrivez-vous à notre liste de diffusion.
  • Vérifiez si vos coordonnées sont à jour.
  • Consultez régulièrement la page Web de votre équipe de négociation sur le site Internet de l’AFPC.
  • Témoignez votre appui à votre équipe de négociation sur Facebook et Twitter.
  • Discutez avec vos collègues de votre convention collective, de vos avantages sociaux et des protections dont vous bénéficiez.
  • Participez aux prochaines séances d’information dans votre région.

Passez le mot! Ensemble, nous pouvons continuer à faire pression sur l’employeur et nous opposer à ses demandes de concession.

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Parks Canada bargaining team heads back to the table November 21

mar, 11/14/2017 - 16:18

Our bargaining team will resume negotiations with Parks Canada from November 21 – 24, 2017 in the nation’s capital. Our team is eager to make further progress towards a fair collective agreement for over 4,000 employees working at Parks Canada locations nationwide.

Last time at the table:
  • Despite assurances that workers would not be disadvantaged when Parks Canada transitioned to agency status, the employer refused to include the same protections, benefits, and opportunities many other federal public servants have already obtained.
  • Although our bargaining team is working hard to reach a tentative agreement as quickly as possible, we refused to settle for an agreement that will leave our members vulnerable.

Stay tuned for further bargaining updates coming out of this set of meetings.

Be informed and get involved:
  • Sign up for bargaining updates.
  • Make sure your membership information is up to date.
  • Check out the Parks Canada bargaining team page on our national website.
  • Show support for your bargaining team on Facebook and Twitter.
  • Talk to your colleagues about your work contract, benefits, and protections.
  • Participate in any upcoming information sessions in your region.

Spread the word so we can keep the pressure on the employer and fight back against their concessions!

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Selon l’AFPC, le gouvernement rétablira sous peu les droits de négociation

mar, 11/14/2017 - 16:01

Le gouvernement libéral a présenté un nouveau projet de loi, le C-62, visant à neutraliser l’offensive menée par son prédécesseur, le gouvernement conservateur, contre les droits des fonctionnaires fédéraux à la négociation collective.

« Nous l’avons dit à maintes reprises au gouvernement. Il ne doit pas se limiter à présenter des lois modifiant celles du gouvernement conservateur qui bafouaient nos droits de négociation, a déclaré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. Nous nous attendons à ce que cette loi soit adoptée. Ce n’est qu’alors que les droits de négociation seront tout à fait rétablis. »

Le C-62 retirera au gouvernement le pouvoir que lui conférait le C-59 d’éliminer unilatéralement les congés de maladie des conventions collectives fédérales, puis de les modifier hors du processus de négociation. 

Il rétablira des dispositions sur la négociation collective de la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique que les conservateurs avaient modifiées dans la loi d’exécution du budget de 2013 (l’ancien C-4), par exemple concernant les services essentiels.

Le C-62 représente la fusion de deux textes de loi présentés en Chambre l’an dernier, le C-5 (5 février 2016) et le C-34 (28 novembre 2016). Aucun de ces deux projets de loi n’avait beaucoup évolué depuis.

Sujets: 

PSAC expects the government to move quickly to restore bargaining rights

mar, 11/14/2017 - 15:59

The Liberal government has introduced a new bill, C-62, that will reverse the attacks made by the former Conservative government on the collective bargaining rights of federal public service workers.

“Our union has been telling the government it needed to do more than simply introduce legislation to fix laws the Conservative government used to diminish our bargaining rights,” said PSAC National President Robyn Benson. “We expect to see this legislation passed and become law. Only then will these bargaining rights be fully restored.”

C-62 will reverse the power given to the government, by the former Bill C-59, to remove sick leave from federal public service collective agreements so that it could be changed unilaterally, outside of the bargaining process.

It will also restore some of the changes to the Public Service Labour Relations Act affecting collective bargaining that the Conservatives had included in one of their omnibus budget implementation bills in 2013 (the former Bill C-4) such as those affecting the designation of essential services.

The government combined two pieces of legislation introduced in the House of Commons last year – C-5 and C-34 – into Bill C-62. Bill C-5 was introduced in the House of Commons on February 5, 2016 and C-34 on November 28, 2016, but neither bill had moved very far towards becoming law.

Sujets: 

Pages