Feed aggregator

Le point sur les élections

PSAC National News - Mon, 09/30/2019 - 15:58
Le point sur les élections Nouvelles September
27 27
September PSAC rejects Bloc Québécois proposal on federal government services

The Public Service Alliance of Canada firmly opposes the Bloc Québécois’ proposal to restrict Quebeckers’ ability to work in the federal public service, and their ability to receive important servi

September
26 26
September Racism and Anti-Black Racism Must End

The Public Service Alliance of Canada joins the condemnation of the many incidents of racism over the course of the current federal election campaign, including Liberal Leader Justin Trudeau’s past

September
25 25
September Federal public service jobs are good for the economy and workers, study finds

Hiring more federal public sector workers would benefit the Canadian economy and support a strong, diverse middle class, a new study suggests.

September
23 23
September Conservative promises to Canada’s veterans ring hollow

Andrew Scheer has recently made promises to improve veterans’ benefits and services. But can we believe him?

September
7 7
September Government walks away from pre-election deal

The Liberal government has squandered one last pre-election opportunity to deliver a fair deal at the bargaining table for PSAC members, as well as to provide proper compensation for damages caused

Le point sur les élections

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 09/30/2019 - 15:58
Campaign updates Nouvelles Septembre
27 27
Septembre L'AFPC rejette la proposition du Bloc québécois concernant les services fédéraux

L’Alliance de la Fonction publique du Canada s’oppose fermement à la proposition du Bloc Québécois, qui limiterait l’accès des Québécoises et des Québécois aux emplois dans la fonction publique féd

Septembre
26 26
Septembre Mettons fin au racisme anti-noir et à toute forme de racisme

L’Alliance de la Fonction publique du Canada tient à condamner les nombreux incidents racistes survenus au cours de la campagne électorale fédérale, y compris les frasques passées de Justin Trudeau

Septembre
25 25
Septembre Une étude révèle que les emplois dans la fonction publique fédérale sont bénéfiques pour l’économie et les travailleurs

Selon une nouvelle étude, l’embauche d’un plus grand nombre de travailleurs dans le secteur public fédéral serait bénéfique pour l’économie canadienne et contribuerait au maintien d’une classe moye

Septembre
23 23
Septembre Promesses aux vétérans : les conservateurs sonnent faux

Andrew Scheer a promis récemment d’améliorer les prestations et les services aux vétérans. Faut-il le croire?

Septembre
7 7
Septembre Le gouvernement rate l’occasion de conclure une entente avant les élections

Le gouvernement libéral a raté sa dernière chance, avant les élections, de conclure une entente juste et équitable avec les membres de l’AFPC et de les dédommager convenablement pour tous les probl

Campaign updates

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 09/30/2019 - 11:22
Campaign updates Nouvelles Septembre
27 27
Septembre L'AFPC rejette la proposition du Bloc québécois concernant les services fédéraux

L’Alliance de la Fonction publique du Canada s’oppose fermement à la proposition du Bloc Québécois, qui limiterait l’accès des Québécoises et des Québécois aux emplois dans la fonction publique féd

Septembre
26 26
Septembre Mettons fin au racisme anti-noir et à toute forme de racisme

L’Alliance de la Fonction publique du Canada tient à condamner les nombreux incidents racistes survenus au cours de la campagne électorale fédérale, y compris les frasques passées de Justin Trudeau

Septembre
25 25
Septembre Une étude révèle que les emplois dans la fonction publique fédérale sont bénéfiques pour l’économie et les travailleurs

Selon une nouvelle étude, l’embauche d’un plus grand nombre de travailleurs dans le secteur public fédéral serait bénéfique pour l’économie canadienne et contribuerait au maintien d’une classe moye

Septembre
23 23
Septembre Promesses aux vétérans : les conservateurs sonnent faux

Andrew Scheer a promis récemment d’améliorer les prestations et les services aux vétérans. Faut-il le croire?

Septembre
7 7
Septembre Le gouvernement rate l’occasion de conclure une entente avant les élections

Le gouvernement libéral a raté sa dernière chance, avant les élections, de conclure une entente juste et équitable avec les membres de l’AFPC et de les dédommager convenablement pour tous les probl

Election updates

PSAC National News - Mon, 09/30/2019 - 11:22
Election updates

Négos à l’ACIA : La commission dit non au report de la prochaine étape de la négociation

Nouvelles de l'AFPC - Sat, 09/28/2019 - 07:57

La Commission des relations de travail a rejeté la demande que lui a présentée l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), qui veut retarder la création d’une commission de l’intérêt public (CIP), étape clé du processus de négociation collective.

L’AFPC a demandé la création d’une CIP en août, après l’impasse dans les négociations avec l’ACIA. Pour toute réponse, l’employeur s’est tourné vers la commission pour faire reporter cette étape du processus.

Dans la décision qu’elle a rendue il y a quelques semaines, la Commission a déterminé qu’il y avait eu suffisamment de séances de négociation pour justifier la tenue d’audiences d’une CIP. L’AFPC attend maintenant que la Commission fixe les dates de ces audiences.

Qu’est-ce qu’une commission de l’intérêt public (CIP)?

En cas d’impasse, la loi qui régit la négociation collective au fédéral prévoit la mise sur pied d’une CIP pour aider les parties à conclure une entente. La CIP est composée de trois membres : une présidence nommée par la commission des relations de travail et deux personnes nommées pour représenter respectivement le syndicat et l’employeur. Les deux parties soumettent leur mémoire à la CIP et expliquent leurs positions sur les questions en litige. La CIP rédige ensuite un rapport recommandant des moyens de parvenir à un règlement. Ces recommandations ne sont pas exécutoires.

Lorsque la CIP aura publié ses rapports, les équipes de négociation de l’AFPC se réuniront pour en discuter. Habituellement, cette rencontre est suivie d’une reprise des pourparlers avec l’employeur.

Ferons-nous la grève?

Peu importe qui se retrouvera au pouvoir après les élections, l’AFPC continuera de se battre pour obtenir des ententes justes et équitables. Toutefois, si les parties ne réussissent pas à s’entendre après la publication des rapports de la CIP, les membres pourront tenir un vote de grève.

Comme le veut l’adage, la meilleure façon d’éviter une grève c’est d’en préparer une. Voilà pourquoi l’AFPC s’assurera que les membres puissent suivre un cours de préparation à la grève dans les prochains mois.

L’AFPC tiendra aussi les membres au courant des travaux de la CIP et de l’évolution des négociations, le cas échéant.

Tenez vos coordonnées à jour

Restez en contact avec votre section locale et, si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous à la liste de diffusion pour recevoir des nouvelles des négos.  
 

Membres de l’AFPC à l’ACIA : négocions pour notre avenir!

Atlantic: Jan Pennington
Québec: Audrey St-Germain
National Capital Region: Marlene O’Neil
Ontario: Robert MacDonald
Manitoba: Andrew Neufeld
Saskatchewan: Karen Zoller
Alberta: Dorothy McRae
British Columbia: Terri Lee

Négociateur : Hassan Husseini
Agente de recherche : Silja Freitag

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

Négos à l’ACIA : La commission dit non au report de la prochaine étape de la négociation

PSAC National News - Sat, 09/28/2019 - 07:57

La Commission des relations de travail a rejeté la demande que lui a présentée l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), qui veut retarder la création d’une commission de l’intérêt public (CIP), étape clé du processus de négociation collective.

L’AFPC a demandé la création d’une CIP en août, après l’impasse dans les négociations avec l’ACIA. Pour toute réponse, l’employeur s’est tourné vers la commission pour faire reporter cette étape du processus.

Dans la décision qu’elle a rendue il y a quelques semaines, la Commission a déterminé qu’il y avait eu suffisamment de séances de négociation pour justifier la tenue d’audiences d’une CIP. L’AFPC attend maintenant que la Commission fixe les dates de ces audiences.

Qu’est-ce qu’une commission de l’intérêt public (CIP)?

En cas d’impasse, la loi qui régit la négociation collective au fédéral prévoit la mise sur pied d’une CIP pour aider les parties à conclure une entente. La CIP est composée de trois membres : une présidence nommée par la commission des relations de travail et deux personnes nommées pour représenter respectivement le syndicat et l’employeur. Les deux parties soumettent leur mémoire à la CIP et expliquent leurs positions sur les questions en litige. La CIP rédige ensuite un rapport recommandant des moyens de parvenir à un règlement. Ces recommandations ne sont pas exécutoires.

Lorsque la CIP aura publié ses rapports, les équipes de négociation de l’AFPC se réuniront pour en discuter. Habituellement, cette rencontre est suivie d’une reprise des pourparlers avec l’employeur.

Ferons-nous la grève?

Peu importe qui se retrouvera au pouvoir après les élections, l’AFPC continuera de se battre pour obtenir des ententes justes et équitables. Toutefois, si les parties ne réussissent pas à s’entendre après la publication des rapports de la CIP, les membres pourront tenir un vote de grève.

Comme le veut l’adage, la meilleure façon d’éviter une grève c’est d’en préparer une. Voilà pourquoi l’AFPC s’assurera que les membres puissent suivre un cours de préparation à la grève dans les prochains mois.

L’AFPC tiendra aussi les membres au courant des travaux de la CIP et de l’évolution des négociations, le cas échéant.

Tenez vos coordonnées à jour

Restez en contact avec votre section locale et, si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous à la liste de diffusion pour recevoir des nouvelles des négos.  
 

Membres de l’AFPC à l’ACIA : négocions pour notre avenir!

Atlantic: Jan Pennington
Québec: Audrey St-Germain
National Capital Region: Marlene O’Neil
Ontario: Robert MacDonald
Manitoba: Andrew Neufeld
Saskatchewan: Karen Zoller
Alberta: Dorothy McRae
British Columbia: Terri Lee

Négociateur : Hassan Husseini
Agente de recherche : Silja Freitag

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

CFIA Bargaining: Labour Board rejects employer request to delay next step in bargaining process

Nouvelles de l'AFPC - Sat, 09/28/2019 - 07:47

The Labour Board has rejected a request from Canadian Food Inspection Agency (CFIA) management to delay the creation of a Public Interest Commission (PIC), a key step in the collective bargaining process.

PSAC had filed for a PIC in August, after talks with the CFIA reached impasse, but the employer responded by asking the Board to delay the creation of a PIC.

In its decision, issued earlier this month, the Board found that a sufficient number of bargaining meetings had taken place to justify PIC hearings. PSAC is now awaiting dates for PIC hearings from the Board.

What is a Public Interest Commission (PIC)?

By law, once impasse is reached, a PIC is established to help the parties reach an agreement. The PIC is a panel of three people – a chairperson appointed by the Labour Board and nominees appointed by the union and management. The union and the employer submit briefs and explain their positions on the outstanding issues at a hearing with the PIC. The PIC then issues a report with recommendations for settlement. The recommendations are not binding.

Once the PIC releases its report, PSAC bargaining teams will reconvene to discuss the recommendations. Typically, PSAC’s teams and government representatives then return to the table to resume negotiations.

Will we strike?

Regardless of which party forms government after the fall federal election, PSAC will continue pressing for a fair deal that addresses members’ demands. However, if PSAC and the CFIA are still unable to reach an agreement after the PIC reports are issued, members will have the opportunity to take a strike vote.

History has taught us that the best way to avoid strikes is to prepare for one. Therefore, PSAC will ensure that strike training is offered to members in the coming months.

PSAC will also provide updates on the PIC process and other bargaining developments as appropriate.

Keep your contact information up to date

Please stay in touch with the local at your workplace and, if you haven’t done so yet, sign-up for e-mail bargaining updates here.  
 

PSAC at CFIA : Bargaining for our future!  
 

Bargaining Team:
Atlantic: Jan Pennington
Québec: Audrey St-Germain
National Capital Region: Marlene O’Neil
Ontario: Robert MacDonald
Manitoba: Andrew Neufeld
Saskatchewan: Karen Zoller
Alberta: Dorothy McRae
British Columbia: Terri Lee

Negotiator: Hassan Husseini
Research Officer: Silja Freitag

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

CFIA Bargaining: Labour Board rejects employer request to delay next step in bargaining process

PSAC National News - Sat, 09/28/2019 - 07:47

The Labour Board has rejected a request from Canadian Food Inspection Agency (CFIA) management to delay the creation of a Public Interest Commission (PIC), a key step in the collective bargaining process.

PSAC had filed for a PIC in August, after talks with the CFIA reached impasse, but the employer responded by asking the Board to delay the creation of a PIC.

In its decision, issued earlier this month, the Board found that a sufficient number of bargaining meetings had taken place to justify PIC hearings. PSAC is now awaiting dates for PIC hearings from the Board.

What is a Public Interest Commission (PIC)?

By law, once impasse is reached, a PIC is established to help the parties reach an agreement. The PIC is a panel of three people – a chairperson appointed by the Labour Board and nominees appointed by the union and management. The union and the employer submit briefs and explain their positions on the outstanding issues at a hearing with the PIC. The PIC then issues a report with recommendations for settlement. The recommendations are not binding.

Once the PIC releases its report, PSAC's bargaining team will reconvene to discuss the recommendations. Typically, PSAC’s team and government representatives then return to the table to resume negotiations.

Will we strike?

Regardless of which party forms government after the fall federal election, PSAC will continue pressing for a fair deal that addresses members’ demands. However, if PSAC and the CFIA are still unable to reach an agreement after the PIC reports are issued, members will have the opportunity to take a strike vote.

History has taught us that the best way to avoid strikes is to prepare for one. Therefore, PSAC will ensure that strike training is offered to members in the coming months.

PSAC will also provide updates on the PIC process and other bargaining developments as appropriate.

Keep your contact information up to date

Please stay in touch with the local at your workplace and, if you haven’t done so yet, sign-up for e-mail bargaining updates here.  
 

PSAC at CFIA : Bargaining for our future!  
 

Bargaining Team:
Atlantic: Jan Pennington
Québec: Audrey St-Germain
National Capital Region: Marlene O’Neil
Ontario: Robert MacDonald
Manitoba: Andrew Neufeld
Saskatchewan: Karen Zoller
Alberta: Dorothy McRae
British Columbia: Terri Lee

Negotiator: Hassan Husseini
Research Officer: Silja Freitag

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

L'AFPC rejette la proposition du Bloc québécois concernant les services fédéraux

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/27/2019 - 10:12

L’Alliance de la Fonction publique du Canada s’oppose fermement à la proposition du Bloc Québécois, qui limiterait l’accès des Québécoises et des Québécois aux emplois dans la fonction publique fédérale, à des services importants, voire au droit de vote.

Inspiré par la très controversée Loi 21, le Bloc Québécois veut forcer les fonctionnaires fédéraux à travailler à visage découvert et le public à se découvrir lorsqu’il reçoit des services fédéraux à des fins d’identification ou de sécurité.

Cette proposition limiterait aussi de façon importante la capacité de la population d’exercer son droit de vote.

Dans l’ensemble, le port d’un vêtement qui couvre le visage n’a jamais posé de problème dans la prestation de services ni entraîné de fraude électorale généralisée au palier fédéral. En tentant de résoudre des « problèmes » inexistants, le Bloc a exposé le vrai visage de sa politique : une manœuvre visant à attiser le racisme et les courants anti-immigration.

Sans compter que la proposition du Bloc touche particulièrement les musulmanes. Toute loi qui oblige les personnes à ôter leurs vêtements religieux est inconstitutionnelle et discriminatoire sur le plan de la religion, de la race et du sexe. Qui plus est, un tel projet de loi crée un dangereux précédent qui permet au gouvernement de dicter aux femmes ce qu’elles peuvent porter.

Cette proposition ne pourra qu’exacerber les sentiments anti-immigrants, islamophobes, racistes et sexistes et multiplier les incidents regrettables, tant dans les lieux de travail qu’ailleurs.

Nous enjoignons à tous les partis fédéraux de condamner et de rejeter la loi proposée.

Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

L'AFPC rejette la proposition du Bloc québécois concernant les services fédéraux

PSAC National News - Fri, 09/27/2019 - 10:12

L’Alliance de la Fonction publique du Canada s’oppose fermement à la proposition du Bloc Québécois, qui limiterait l’accès des Québécoises et des Québécois aux emplois dans la fonction publique fédérale, à des services importants, voire au droit de vote.

Inspiré par la très controversée Loi 21, le Bloc Québécois veut forcer les fonctionnaires fédéraux à travailler à visage découvert et le public à se découvrir lorsqu’il reçoit des services fédéraux à des fins d’identification ou de sécurité.

Cette proposition limiterait aussi de façon importante la capacité de la population d’exercer son droit de vote.

Dans l’ensemble, le port d’un vêtement qui couvre le visage n’a jamais posé de problème dans la prestation de services ni entraîné de fraude électorale généralisée au palier fédéral. En tentant de résoudre des « problèmes » inexistants, le Bloc a exposé le vrai visage de sa politique : une manœuvre visant à attiser le racisme et les courants anti-immigration.

Sans compter que la proposition du Bloc touche particulièrement les musulmanes. Toute loi qui oblige les personnes à ôter leurs vêtements religieux est inconstitutionnelle et discriminatoire sur le plan de la religion, de la race et du sexe. Qui plus est, un tel projet de loi crée un dangereux précédent qui permet au gouvernement de dicter aux femmes ce qu’elles peuvent porter.

Cette proposition ne pourra qu’exacerber les sentiments anti-immigrants, islamophobes, racistes et sexistes et multiplier les incidents regrettables, tant dans les lieux de travail qu’ailleurs.

Nous enjoignons à tous les partis fédéraux de condamner et de rejeter la loi proposée.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

PSAC rejects Bloc Québécois proposal on federal government services

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/27/2019 - 10:10

The Public Service Alliance of Canada firmly opposes the Bloc Québécois’ proposal to restrict Quebeckers’ ability to work in the federal public service, and their ability to receive important services from the federal government –including the right to vote.

Inspired by Quebec’s widely condemned Bill 21, the Bloc’s proposal would force federal government workers to have their face uncovered in the course of their work, and would also force Quebeckers to have their face uncovered when receiving a federal service for identification or security purposes.

The proposal would also significantly limit their ability to vote.

There are broadly no issues with the delivery or receipt of federal services because of face coverings; nor is there any record of widespread voter fraud in federal elections because of face coverings. In attempting to address ‘problems’ that do not exist, the Bloc Québécois has revealed their recent policy announcement for what it is: an attempt at inflaming anti-immigrant and racist sentiment.

It is also clear that this proposal is targeting Muslim women. Any legislation that requires individuals to remove their religious garment is unconstitutional and discriminatory on the basis of religion, race and gender. Furthermore, this type of legislation would deliver a dangerous precedent in which a government can dictate what a woman can or cannot wear.

The only thing this proposal will accomplish is the increase of anti-immigrant, Islamophobic, racist, and sexist sentiments, as well as incidents, both in the workplace and outside of it.

We call on all federal parties to condemn and reject this proposed legislation.

Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

PSAC rejects Bloc Québécois proposal on federal government services

PSAC National News - Fri, 09/27/2019 - 10:10

The Public Service Alliance of Canada firmly opposes the Bloc Québécois’ proposal to restrict Quebeckers’ ability to work in the federal public service, and their ability to receive important services from the federal government –including the right to vote.

Inspired by Quebec’s widely condemned Bill 21, the Bloc’s proposal would force federal government workers to have their face uncovered in the course of their work, and would also force Quebeckers to have their face uncovered when receiving a federal service for identification or security purposes.

The proposal would also significantly limit their ability to vote.

There are broadly no issues with the delivery or receipt of federal services because of face coverings; nor is there any record of widespread voter fraud in federal elections because of face coverings. In attempting to address ‘problems’ that do not exist, the Bloc Québécois has revealed their recent policy announcement for what it is: an attempt at inflaming anti-immigrant and racist sentiment.

It is also clear that this proposal is targeting Muslim women. Any legislation that requires individuals to remove their religious garment is unconstitutional and discriminatory on the basis of religion, race and gender. Furthermore, this type of legislation would deliver a dangerous precedent in which a government can dictate what a woman can or cannot wear.

The only thing this proposal will accomplish is the increase of anti-immigrant, Islamophobic, racist, and sexist sentiments, as well as incidents, both in the workplace and outside of it.

We call on all federal parties to condemn and reject this proposed legislation.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

Phénix

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/27/2019 - 09:51
Phénix LE FIASCO PHÉNIX EN BREF

En juin 2011, le gouvernement Harper a demandé à IBM de concevoir un nouveau système de paye pour la fonction publique fédérale, le système Phénix. Lorsque Justin Trudeau a accédé au pouvoir, il était très clair que Phénix battait déjà de l’aile. Bien que l'AFPC et d'autres syndicats aient sonné l'alarme, le gouvernement Trudeau a lancé le système de rémunération en 2016.

Depuis, plus de 200 000 travailleurs du secteur public fédéral – et leurs familles – en ont subi les conséquences. Certains n’ont pas été payés correctement, d’autres n’ont rien reçu pendant des mois. Le résultat : endettement, pertes, faillite, voire itinérance. Ce n’est pas juste, et ça continue.

Le travail de stabilisation du système de paye se poursuit, et le cauchemar des membres de l’AFPC aussi. Les familles continuent à porter le lourd fardeau des innombrables problèmes de paye. À cause de Phénix, bien des travailleurs ont souffert de ne pas pouvoir subvenir aux besoins des leurs.

Get Help Have you been impacted by Phoenix? Here are the most frequently asked questions. En savoir plus PSAC Fights Back In the wake of the Phoenix pay disaster, PSAC has worked hard to secure the support and relief that so many of our members needed. En savoir plus Take Action Send a letter to your Member of Parliament—and tell them we STILL need urgent action on Phoenix. En savoir plus Phoenix Damages PSAC members are owed nothing less than fair compensation for more than three years of suffering they and their families have endured under Phoenix. En savoir plus Government Offer Find out what the government has offered and why it's not good enough for our members. En savoir plus National TV Ad Despite missed paycheques, fending off debt collectors, and managing endless uncertainty, PSAC members have continued to be here for Canada. Help to get the word out. Please watch, then share widely. Let’s keep the pressure on. En savoir plus Updates Read More

Phénix

PSAC National News - Fri, 09/27/2019 - 09:51
Phénix LE FIASCO PHÉNIX EN BREF

En juin 2011, le gouvernement Harper a demandé à IBM de concevoir un nouveau système de paye pour la fonction publique fédérale, le système Phénix. Lorsque Justin Trudeau a accédé au pouvoir, il était très clair que Phénix battait déjà de l’aile. Bien que l'AFPC et d'autres syndicats aient sonné l'alarme, le gouvernement Trudeau a lancé le système de rémunération en 2016.

Depuis, plus de 200 000 travailleurs du secteur public fédéral – et leurs familles – en ont subi les conséquences. Certains n’ont pas été payés correctement, d’autres n’ont rien reçu pendant des mois. Le résultat : endettement, pertes, faillite, voire itinérance. Ce n’est pas juste, et ça continue.

Le travail de stabilisation du système de paye se poursuit, et le cauchemar des membres de l’AFPC aussi. Les familles continuent à porter le lourd fardeau des innombrables problèmes de paye. À cause de Phénix, bien des travailleurs ont souffert de ne pas pouvoir subvenir aux besoins des leurs.

Get Help Have you been impacted by Phoenix? Here are the most frequently asked questions. Read More PSAC Fights Back In the wake of the Phoenix pay disaster, PSAC has worked hard to secure the support and relief that so many of our members needed. Read More Take Action Send a letter to your Member of Parliament—and tell them we STILL need urgent action on Phoenix. Read More Phoenix Damages PSAC members are owed nothing less than fair compensation for more than three years of suffering they and their families have endured under Phoenix. Read More Government Offer Find out what the government has offered and why it's not good enough for our members. Read More National TV Ad Despite missed paycheques, fending off debt collectors, and managing endless uncertainty, PSAC members have continued to be here for Canada. Help to get the word out. Please watch, then share widely. Let’s keep the pressure on. Read More Updates Read More

Mettons fin au racisme anti-noir et à toute forme de racisme

PSAC National News - Thu, 09/26/2019 - 17:46

L’Alliance de la Fonction publique du Canada tient à condamner les nombreux incidents racistes survenus au cours de la campagne électorale fédérale, y compris les frasques passées de Justin Trudeau qui ont refait surface récemment.

« Les photos et la vidéo du chef libéral en blackface ou brownface sont choquantes et ont causé de graves préjudices aux Noirs et à d’autres personnes racialisées au Canada, tout comme le discours public qui a suivi les incidents, affirme Chris Aylward, président national de l’AFPC. Il est évident que le Canada, en tant que pays, doit s’attaquer urgemment au racisme systémique, et notre syndicat a un rôle à jouer pour faire en sorte que des mesures concrètes et efficaces soient prises ».

Le président Aylward souligne que les photos et la vidéo de Trudeau ne sont pas les seuls incidents qui ont fait du racisme un enjeu déterminant dans la campagne électorale. Il y a eu des allégations de comportements racistes de la part d’autres candidats. De plus, certains candidats racialisés, dont le chef du NPD, Jagmeet Singh, ont eux-mêmes été victimes d’actes racistes et ont dû lutter contre les préjugés conscients et inconscients des médias, du public et des électeurs.

« Ce dont nous avons besoin, c’est d’un véritable plan d’action pour vaincre le racisme – un plan qui s’attaque aux inégalités politiques, juridiques, économiques et sociales, et qui donne réparation aux Noirs et aux autres personnes racialisées, ajoute Chris Aylward. Nous devons donc examiner le programme de chaque parti politique qui se présente aux élections pour voir s’il présente un tel plan. »

M. Aylward a également demandé aux membres de l’AFPC de prendre des mesures individuelles pour contrer le racisme, notamment :

  • se renseigner sur le racisme anti-noir et le racisme en général;
  • remettre en question leurs préjugés inconscients;
  • trouver des occasions de démolir les stéréotypes négatifs, comme le blackface;
  • soulever les problèmes de racisme, y compris envers les personnes noires, qui surviennent dans notre lieu de travail;
  • participer aux luttes contre le racisme, y compris envers les personnes noires, menées dans nos communautés et nos lieux de travail.

Voici deux ressources utiles pour mieux comprendre le racisme :

L’AFPC s’oppose au racisme et veut des actions immédiates. La lutte contre le racisme doit devenir une priorité pour tous les partis politiques et tous les gouvernements.

Topics: Embedded Image: 

Mettons fin au racisme anti-noir et à toute forme de racisme

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/26/2019 - 17:46

L’Alliance de la Fonction publique du Canada tient à condamner les nombreux incidents racistes survenus au cours de la campagne électorale fédérale, y compris les frasques passées de Justin Trudeau qui ont refait surface récemment.

« Les photos et la vidéo du chef libéral en blackface ou brownface sont choquantes et ont causé de graves préjudices aux Noirs et à d’autres personnes racialisées au Canada, tout comme le discours public qui a suivi les incidents, affirme Chris Aylward, président national de l’AFPC. Il est évident que le Canada, en tant que pays, doit s’attaquer urgemment au racisme systémique, et notre syndicat a un rôle à jouer pour faire en sorte que des mesures concrètes et efficaces soient prises ».

Le président Aylward souligne que les photos et la vidéo de Trudeau ne sont pas les seuls incidents qui ont fait du racisme un enjeu déterminant dans la campagne électorale. Il y a eu des allégations de comportements racistes de la part d’autres candidats. De plus, certains candidats racialisés, dont le chef du NPD, Jagmeet Singh, ont eux-mêmes été victimes d’actes racistes et ont dû lutter contre les préjugés conscients et inconscients des médias, du public et des électeurs.

« Ce dont nous avons besoin, c’est d’un véritable plan d’action pour vaincre le racisme – un plan qui s’attaque aux inégalités politiques, juridiques, économiques et sociales, et qui donne réparation aux Noirs et aux autres personnes racialisées, ajoute Chris Aylward. Nous devons donc examiner le programme de chaque parti politique qui se présente aux élections pour voir s’il présente un tel plan. »

M. Aylward a également demandé aux membres de l’AFPC de prendre des mesures individuelles pour contrer le racisme, notamment :

  • se renseigner sur le racisme anti-noir et le racisme en général;
  • remettre en question leurs préjugés inconscients;
  • trouver des occasions de démolir les stéréotypes négatifs, comme le blackface;
  • soulever les problèmes de racisme, y compris envers les personnes noires, qui surviennent dans notre lieu de travail;
  • participer aux luttes contre le racisme, y compris envers les personnes noires, menées dans nos communautés et nos lieux de travail.

Voici deux ressources utiles pour mieux comprendre le racisme :

L’AFPC s’oppose au racisme et veut des actions immédiates. La lutte contre le racisme doit devenir une priorité pour tous les partis politiques et tous les gouvernements.

Sujets: Embedded Image: 

Racism and Anti-Black Racism Must End

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/26/2019 - 17:40

The Public Service Alliance of Canada joins the condemnation of the many incidents of racism over the course of the current federal election campaign, including Liberal Leader Justin Trudeau’s past wearing of brownface and blackface on several occasions.

“The photos and video of the Liberal leader are shocking and caused serious harm to black and other racialized people in Canada, as did some of the public discourse that followed,” said Chris Aylward, PSAC National President. “Clearly there is an urgent need for Canada, as a country, to address systemic racism much more urgently and effectively, and our union has a role to play to make sure that concrete action is taken.”

Aylward noted the photos and video of Trudeau are not the only incidents that have made racism a defining issue in the election campaign. There have been allegations of candidates engaging in racist and hateful behaviour. Also, racialized candidates, including NDP Leader Jagmeet Singh, have been subjected to overt acts of racism, and have had to counter both conscious and unconscious biases of the media, the public and voters.

“What we need is a real action plan to defeat racism—one that addresses the political, legal, economic and social inequities and gives redress to black and other racialized people,” said Aylward. “And we must look at the platforms of each political party running in this election to see if they are going to deliver such a plan.”

Aylward also called on PSAC members to take individual action to defeat racism:

  • Get educated about racism and anti-black racism;
  • Challenge our own unconscious biases;
  • Find opportunities to have conversations that challenge negative stereotypes such as blackface;
  • Challenge racism when it shows up in the workplace;
  • Engage in actions that support anti-racism and anti-black racism initiatives in communities and workplaces.

Some resources that are useful in raising our awareness include:

 

Sujets: Embedded Image: 

Racism and Anti-Black Racism Must End

PSAC National News - Thu, 09/26/2019 - 17:40

The Public Service Alliance of Canada joins the condemnation of the many incidents of racism over the course of the current federal election campaign, including Liberal Leader Justin Trudeau’s past wearing of brownface and blackface on several occasions.

“The photos and video of the Liberal leader are shocking and caused serious harm to black and other racialized people in Canada, as did some of the public discourse that followed,” said Chris Aylward, PSAC National President. “Clearly there is an urgent need for Canada, as a country, to address systemic racism much more urgently and effectively, and our union has a role to play to make sure that concrete action is taken.”

Aylward noted the photos and video of Trudeau are not the only incidents that have made racism a defining issue in the election campaign. There have been allegations of candidates engaging in racist and hateful behaviour. Also, racialized candidates, including NDP Leader Jagmeet Singh, have been subjected to overt acts of racism, and have had to counter both conscious and unconscious biases of the media, the public and voters.

“What we need is a real action plan to defeat racism—one that addresses the political, legal, economic and social inequities and gives redress to black and other racialized people,” said Aylward. “And we must look at the platforms of each political party running in this election to see if they are going to deliver such a plan.”

Aylward also called on PSAC members to take individual action to defeat racism:

  • Get educated about racism and anti-black racism;
  • Challenge our own unconscious biases;
  • Find opportunities to have conversations that challenge negative stereotypes such as blackface;
  • Challenge racism when it shows up in the workplace;
  • Engage in actions that support anti-racism and anti-black racism initiatives in communities and workplaces.

Some resources that are useful in raising our awareness include:

 

Topics: Embedded Image: 

Transparence salariale et groupes d’équité : Une première étape, selon l’AFPC

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/26/2019 - 16:40

Le gouvernement vient de proposer des modifications au Règlement sur l’équité en matière d’emploi qui obligeront les employeurs du secteur privé de compétence fédérale à repérer les écarts salariaux qui existent pour les quatre groupes d’équité (les femmes, les personnes racialisées, les Autochtones et les personnes ayant un handicap). D’autres modifications permettront de simplifier le texte et d’alléger le fardeau des employeurs en matière de production de rapports.

Dans une lettre destinée à Emploi et Développement social Canada, l’AFPC a commenté les changements proposés au Règlement.

Malheureusement, le projet de modifications a été présenté trop tard par le gouvernement libéral pour pouvoir être adopté avant les élections fédérales. Ce sera donc au prochain gouvernement fédéral de le mettre en œuvre ou non.

L’AFPC propose des mesures plus vigoureuses

Les modifications apportées au Règlement obligent simplement les employeurs à faire rapport sur les écarts salariaux, c’est tout. Il n’y a aucune obligation de combler les écarts salariaux des différents groupes d’équité.

L’AFPC recommande donc trois mesures visant à renforcer les cadres législatif et réglementaire pour faire avancer l’équité en matière d’emploi. Les voici :

  1. Il faut réexaminer et réviser la Loi sur l’équité en matière d’emploi (LEE) dans les plus brefs délais. La LEE est désuète – la dernière révision remonte à 2002. Changer le Règlement avant de modifier la Loi n’a aucun sens.
  2. La transparence salariale doit s’appliquer à tous les employeurs assujettis à la LEE ainsi qu’au Programme de contrats fédéraux. Or, selon les modifications proposées, seules les entreprises privées et les sociétés d’État sous réglementation fédérale seront assujetties à ces exigences. Il faudrait y ajouter les ministères, les organismes distincts et les entreprises participant au Programme de contrats fédéraux visées par les mesures d’équité en emploi.
  3. La LEE et son Règlement doivent préciser comment les employeurs doivent utiliser les différentes mesures des écarts. Le Règlement permet aux employeurs de déterminer une écart salarial moyen et médian. Cela dit, les employeurs ne devraient pas être autorisés à combler l’écart le plus faible, qui peut ne pas représenter fidèlement les inégalités salariales.
  4. Emploi et Développement social Canada (EDSC) doit faire un suivi serré des données sur les écarts salariaux pour tous les groupes désignés et en faire rapport, car malheureusement les employeurs ne doivent, en vertu des exigences en matière de transparence salariale, que signaler les écarts salariaux, pas les réduire. L’AFPC propose qu’ESDC surveille de près les résultats de ces mesures et, si des écarts salariaux sont relevés, qu’il modifie en conséquence la LEE et la Loi sur l’équité salariale.

L’AFPC continuera de revendiquer des amendements aux lois sur l’équité en emploi et sur l’équité salariale pour favoriser l’équité en milieu de travail. Dès que le nouveau gouvernement sera élu, nous ferons des pressions pour qu’il mette en œuvre les modifications proposées au Règlement.

 

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

Transparence salariale et groupes d’équité : Une première étape, selon l’AFPC

PSAC National News - Thu, 09/26/2019 - 16:40

Le gouvernement vient de proposer des modifications au Règlement sur l’équité en matière d’emploi qui obligeront les employeurs du secteur privé de compétence fédérale à repérer les écarts salariaux qui existent pour les quatre groupes d’équité (les femmes, les personnes racialisées, les Autochtones et les personnes ayant un handicap). D’autres modifications permettront de simplifier le texte et d’alléger le fardeau des employeurs en matière de production de rapports.

Dans une lettre destinée à Emploi et Développement social Canada, l’AFPC a commenté les changements proposés au Règlement.

Malheureusement, le projet de modifications a été présenté trop tard par le gouvernement libéral pour pouvoir être adopté avant les élections fédérales. Ce sera donc au prochain gouvernement fédéral de le mettre en œuvre ou non.

L’AFPC propose des mesures plus vigoureuses

Les modifications apportées au Règlement obligent simplement les employeurs à faire rapport sur les écarts salariaux, c’est tout. Il n’y a aucune obligation de combler les écarts salariaux des différents groupes d’équité.

L’AFPC recommande donc trois mesures visant à renforcer les cadres législatif et réglementaire pour faire avancer l’équité en matière d’emploi. Les voici :

  1. Il faut réexaminer et réviser la Loi sur l’équité en matière d’emploi (LEE) dans les plus brefs délais. La LEE est désuète – la dernière révision remonte à 2002. Changer le Règlement avant de modifier la Loi n’a aucun sens.
  2. La transparence salariale doit s’appliquer à tous les employeurs assujettis à la LEE ainsi qu’au Programme de contrats fédéraux. Or, selon les modifications proposées, seules les entreprises privées et les sociétés d’État sous réglementation fédérale seront assujetties à ces exigences. Il faudrait y ajouter les ministères, les organismes distincts et les entreprises participant au Programme de contrats fédéraux visées par les mesures d’équité en emploi.
  3. La LEE et son Règlement doivent préciser comment les employeurs doivent utiliser les différentes mesures des écarts. Le Règlement permet aux employeurs de déterminer une écart salarial moyen et médian. Cela dit, les employeurs ne devraient pas être autorisés à combler l’écart le plus faible, qui peut ne pas représenter fidèlement les inégalités salariales.
  4. Emploi et Développement social Canada (EDSC) doit faire un suivi serré des données sur les écarts salariaux pour tous les groupes désignés et en faire rapport, car malheureusement les employeurs ne doivent, en vertu des exigences en matière de transparence salariale, que signaler les écarts salariaux, pas les réduire. L’AFPC propose qu’ESDC surveille de près les résultats de ces mesures et, si des écarts salariaux sont relevés, qu’il modifie en conséquence la LEE et la Loi sur l’équité salariale.

L’AFPC continuera de revendiquer des amendements aux lois sur l’équité en emploi et sur l’équité salariale pour favoriser l’équité en milieu de travail. Dès que le nouveau gouvernement sera élu, nous ferons des pressions pour qu’il mette en œuvre les modifications proposées au Règlement.

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Full Width

Pages

Subscribe to Union of Veterans' Affairs Employees aggregator